Image Voir l'édition papier Abonnement
News
Âge de la retraite: une période charnière, aussi en matière d'alcool

La Journée internationale des personnes âgées des Nations Unies est l'occasion de rappeler que l'âge de la retraite constitue un défi en matière d'alcool. Parmi les personnes de 65 à 74 ans, 7% ont une consommation chronique à risque d'alcool. On estime qu'un tiers des personnes âgées souffrant de dépendance à l'alcool ont développé ce problème après la retraite. La retraite: un moment charnière Le moment de la retraite coïncide avec l'arrêt du travail, un changement fondamental qui amène son lot de questionnements et de déstabilisation. Parfois, ce changement peut être synonyme de perte de lien social et de sens. A cela peuvent s'ajouter des atteintes à la santé, la perte d'êtres chers. Pour certaines personnes, l'alcool devient un refuge qui se transforme en piège. De plus, l'alcool agit différemment à partir de 55 ans, car l’organisme se modifie au fil du temps: le pourcentage d’eau diminue avec les années et, par conséquent, l’alcool absorbé est moins dilué, d’où un effet plus prononcé. Il faut donc rester vigilant, même quand tout se passe bien par ailleurs. Image: Addiction Suisse "Un verre à son âge? On ne va pas lui enlever ça!"  Trop souvent, l'entourage ne veut pas ou n'ose pas réagir. En effet, le verre d'alcool en mangeant est synonyme de bien-être et de plaisir de vivre. Mais il arrive que la consommation d'alcool dépasse largement la quantité recommandée d'une unité par jour. Parmi les personnes de 65 à 74 ans, 7% ont une consommation problématique d'alcool. Leur qualité de vie est amoindrie, sans que l'entourage se rende toujours compte que l'alcool est en jeu. Sans oublier que plus les années passent, plus on prend de médicaments. Et l'alcool peut renforcer, diminuer ou modifier l'effet de ces derniers. Un alcoolisme silencieux et invisible Plusieurs facteurs expliquent que la consommation d'alcool chez la personne âgée reste invisible. Tout d'abord, l'isolement dans lequel peut se trouver la personne. Ensuite, les symptômes de la dépendance peuvent se confondre avec ceux liés au vieillissement: chutes, troubles de l'équilibre, du langage, de la mémoire ou du sommeil ou la dépression sont courants, mais peuvent être liés à une consommation d'alcool abusive. Des prises en charge efficaces Lorsqu'ils sont repérés et pris en charge, les problèmes d'alcool peuvent être résorbés, et la personne âgée gagne en qualité de vie, avec des approches thérapeutiques adaptées aux aînés. L'appui sur les ressources est à privilégier: le rôle de l'entourage est particulièrement important, pour donner un rythme aux journées notamment. Ressources Pour mieux anticiper le virage de la retraite, des ressources existent. Certaines entreprises proposent des cours de préparation à la retraite. La participation à des groupements d'aînés (AVIVO, Pro Senectute) permet de maintenir le lien social. Autant d'éléments qui peuvent baliser le passage parfois délicat à la retraite.   Les brochures d’Addiction Suisse: Dépliant «Alcool et âge», disponible en 9 langues Dépliant «Médicaments et âge», également disponible en 9 langues Brochure: «Alcool et médicaments en vieillissant»   Source: Addiction Suisse

Lire la suite
Hyperconnectivité et monde du travail: quel problème? Addiction Suisse a fait le point lors d'un congrès

Le Congrès d'Addiction Suisse du 5 octobre a rencontré un vif succès: plus de 150 personnes issues des entreprises ont décortiqué avec 10 intervenants de qualité l'impact des TIC sur l'organisation du travail et sur la santé des employé-e-s. La vitesse au détriment de la qualité Un constat est clair: les TIC (technologie de l'information et de la communication) bouleversent le monde du travail: surcharge informationnelle, augmentation de l'intensité et du rythme de travail, renforcement du contrôle (et de l'autocontrôle) de l'activité, affaiblissement des relations interpersonnelles et/ou des collectifs de travail, brouillage des frontières spatiales et temporelles entre travail et hors-travail. Les impacts sur les employés sont de plusieurs ordres: épuisement (on est jamais à jour), déconcentration, usage excessif des TIC, dépression, burnout. Au final, une moindre productivité pour les entreprises. Les garde-fous en entreprise L'employeur a l'obligation légale de veiller à la santé au travail. Evaluer régulièrement l'usage fait des TIC dans l'organisation en mettant au cœur l'humain, en associant direction, RH et santé est un garde-fou utile. De même, avoir des règles pour l'utilisation des TICS (notamment la messagerie: horaires, type, etc.), privilégier les rencontres face à face peuvent également restreindre les impacts négatifs liés aux TIC. Une question générationnelle? On parle souvent d'une jeunesse hyperconnectée à l'aise avec ce nouvel environnement. De fait, la jeune génération est confrontée à une précarisation du travail, et a des attentes en terme de carrière et de conciliation vie professionnelle et vie privée semblables aux générations précédentes. Par contre, dans un environnement plus instable, les jeunes sont plus mobiles d'un emploi à un autre. Les TIC obligent à repenser le management et l'orientent vers plus d'ouverture, jouant collectif en privilégiant l'intelligence émotionnelle. Des pistes inspirantes pour les 150 personnes présentes qui repartent outillés pour mieux gérer les TIC dans leur entreprise.   Les présentations de la journée sont disponibles sur www.addictionsuisse.ch/hyperconnectivite Source: Addiction Suisse

Lire la suite
22e Journée Romande du Diabète

Samedi 18 novembre 2017 de 8h30 à 15h SwissTech Convention Center, EPFL-Lausanne La Journée Romande du Diabète se tiendra le 18 novembre 2017 au SwissTech Convention Center à l’EPFL et comportera plusieurs points forts (nutrition, sport, innovation). D’abord dédié à l’information de quelque 100'000 diabétiques romands et de leurs proches, l’évènement organisé par la Fondation pour la Recherche sur le Diabète est également ouvert au grand public. Deux projets de recherche romands seront distingués par la Fondation à cette occasion. Nouveauté 2017 : des ateliers pratiques pour la vie quotidienne Des ateliers pratiques sont introduits pour permettre à chacun d’approfondir des thèmes de la vie quotidienne. Le public pourra ainsi participer à deux ateliers (inscription sur place): • Nutrition, cuisine et diététique : co-animé par Team Nutrition et la Haute Ecole de Santé, cet atelier permettra d'échanger avec des diététiciens et nutritionnistes sur la gestion de l'alimentation au quotidien, de découvrir des propositions de repas (lunch box, collations, …) mais aussi de tester ses connaissances et goûter des recettes. • Sport et activité physique : l'occasion d'aborder l'activité physique dans son ensemble, de la marche quotidienne jusqu'à la préparation d'un challenge. Le Dr Gastaldi (HUG) et M. Grossini (SportQuest) aideront à trouver les clés d'un équilibre physique, adapté aux souhaits et aux besoins de chacun. Conférences et dialogue avec le public Afin d’ouvrir le dialogue entre patients et spécialistes, le public pourra réagir et poser des questions aux intervenants à l’issue de chaque conférence. Parmi les thèmes abordés cette année : un éclairage sur les nouvelles technologies et la rétinopathie ; un point sur les nouveautés concernant le diabète de type 1 et de type 2 ; un focus sur le glucagon et les options thérapeutiques lors d’un diabète de type 2. Dépistage gratuit avec le Bus Santé des HUG Le Bus Santé des HUG stationnera devant le SwissTech Convention Center de 9h à 15h : une équipe médicale sera disponible et proposera un dépistage gratuit du diabète (pression artérielle, IMC, rapport taille-poids) et des tests (hémoglobine glyquée). Prix de la Fondation 2017 La Journée Romande du Diabète est également l’occasion pour la Fondation de remettre son Prix, appui financier à des projets de recherche fondamentale ou clinique. La Fondation soutiendra cette année 2 projets menés dans la région lémanique. Les lauréats 2017 seront là pour présenter leurs projets, ainsi que les lauréats 2016 qui viendront quant à eux faire part de l’avancée de leurs recherches. Déjeuner de la Fondation Les participants à la Journée ont la possibilité de déjeuner sur place en s’inscrivant au « Déjeuner de la Fondation » qui offre une pause conviviale autour d’un menu équilibré. Inscription au préalable sur www.fondation-diabete.ch, au prix de 36.- / personne Programme de la 22e Journée Romande du Diabète, samedi 18 novembre 2017 Informations pratiques Pour se rendre sur place : Métro M1 arrêt EPFL & Parking gratuit RIVIER Informations et inscription sur www.fondation-diabete.ch Source: Fondation pour la Recherche sur le Diabète

Lire la suite
 
Editorial

Des personnalités à découvrir

Nous voilà, déjà, à la deuxième parution de l’année. Fidèles à notre philosophie, nous avons choisi pour vous, avec soin, des thèmes intéressants et variés, saisonniers ou non. Dans les interviews, découvrez l’enthousiasme contagieux pour la spagyrie et la gemmothérapie de Jacqueline Ryffel, pharmacienne, le courage et l’optimisme exemplaires de Patricia Delley, gravement atteinte dans sa santé, la détermination et le tempérament de gagneur de Petar Aleksic, entraîneur. Nous vous invitons encore à découvrir les nouveaux parfums sans allergènes, l’histoire passionnante des vaccins, la fascinante histoire à succès de la famille Burgerstein, la gestion de la colère, l’importance de l’activité physique dans la prévention et l’accompagnement du cancer… tout en précisant que cette liste est loin d’être exhaustive.   Merci pour votre intérêt et bonne lecture!     Rita Ducret-Costa, superviseure des éditions      

Lire la suite

 
Interview
L’entraîneur qui sublime ses joueurs

L’entraîneur qui sublime ses joueurs

Petar Aleksic La carrière de Petar Aleksic en tant que joueur professionnel, puis entraîneur de basket est riche. Pourtant, sa jeunesse dans une ex-Yougoslavie en pleine guerre n’a pas été facile. Le naturalisé suisse d’origine bosniaque, de religion orthodoxe, a quitté Zagreb (Croatie) avec deux bagages et a perdu son frère dans ce conflit. L’homme n’a jamais été du genre à se laisser abattre. Petar Aleksic est aussi exigeant, volontaire et déterminé que disponible, cordiale et prêt à tendre la main.   Vous étiez un sportif polyvalent, pourquoi avoir choisi le basket à l’âge de 12 ans? Tous mes copains ont choisi le basket! L’ex-Yougoslavie était constituée d’une pépinière incroyable de talents et ce sport correspondait bien à ma mentalité.   En tant que joueur professionnel, vous avez évolué dans des clubs de 1ère division (Leotar Trebinje, Dubrovnik, Zagreb, Novi Sad, FMP Belgrade, Neuchâtel, Nyon). Quels sont vos meilleurs souvenirs? Chaque équipe a été une nouvelle vie qui m’a beaucoup apporté sur le plan humain. En tant que joueur, la victoire de la coupe de Yougoslavie avec FMP Belgrade contre le club adverse de la même ville, le Partizan, constitue mon meilleur souvenir.     Vous avez mis fin à votre carrière de joueur en 2004 avec votre club d’origine Leotar Trebinje (Bosnie-Herzégovine). Pourquoi avoir choisi la voie d’entraîneur et qui êtesvous comme coach? Mon entourage trouvait que j’avais le potentiel pour devenir coach. Je suis un entraîneur très exigeant et je demande beaucoup d’intensité. Je crois en la responsabilisation individuelle. Je suis un convaincu de la confiance réciproque qui peut sublimer une équipe et j’ai un tempérament de gagneur.   Vous avez été entraîneur assistant à Alba Berlin et entraîneur à Feldkirch (A), Neuchâtel, Monthey, de l’équipe nationale suisse et actuellement du Fribourg Olympic Basket. Quelles ont été vos principales satisfactions? La période à Alba Berlin (1ère division allemande) a été formidable avec un titre de champion d’Allemagne et la participation à l’Euro League. Imaginez-vous des matchs contre Barcelone devant 15 000 spectateurs! Le doublé, soit champion suisse et vainqueur de la coupe suisse 2016 avec Fribourg Olympic, constitue aussi une très belle satisfaction.   Petar Aleksic, souhaitez-vous ajouter quelque chose qui vous tient à coeur? J’ai changé 13 fois de ville et j’ai conservé partout des amis de «coeur». Cela constitue avec ma famille (NDLR: son épouse Sanja et ses 2 enfants Marko et Nikola) mon plus grand «trophée».   Propos recueillis par Serge C. Ducret, www.vitamag.ch Photos 1-2: Michael Lehner, www.fribourg-olympic.ch

Lire la suite
 
Articles

Aider les personnes malades

Spagyros SA dédie son activité à la fabrication de remèdes naturels de première qualité. Jacqueline Ryffel, pharmacienne et directrice de l’entreprise depuis 20 ans, nous accueille sur le nouveau site à Worb.   Comment avez-vous découvert la médecine complémentaire? Après ma première année à l’officine, j’ai décidé de suivre la formation continue de trois ans en homéopathie. Cette expérience m’a marquée pour toujours. L’approche strictement scientifique a été complétée par une vue holistique, nouvelle pour moi, qui m’a permis d’élargir mes horizons.   Qu’est-ce qui vous motive à diriger Spagyros? Ma propre passion et le fait que les remèdes naturels renferment un énorme potentiel. Extraire des plantes leurs substances actives, grâce à des procédés de fabrication minutieux est extrêmement fascinant. «Aider les personnes malades», voilà une motivation très importante pour toute notre équipe.     Quels genres de remèdes fabriquez-vous? La spagyrie et la gemmothérapie jouent depuis des années un rôle important, en sus de l’homéopathie. Notre manufacture se trouve «en pleine nature», à Malmaison/ Saint-Brais (Jura). Les plantes utilisées pour la fabrication de nos produits sont cueillies dans la nature ou proviennent de notre jardin de plantes médicinales, cultivé de manière biodynamique. Elles sont ramassées et transformées exclusivement à la main. Les essences spagyriques de Spagyros portent le nom de «Spag. Baumann». Quant aux remèdes de gemmothérapie, notamment le Spagyros Ribes nigrum®, ils mettent à la disposition du corps la force concentrée des jeunes bourgeons. Les comprimés contre les maux de gorge Spagyrom® comptent depuis longtemps parmi nos produits phares. Quelles sont vos prévisions pour l’avenir? Au vu des résistances aux antibiotiques et de la prolifération des allergies, la médecine complémentaire va occuper une place de plus en plus importante dans les soins de santé. Plus de la moitié des Suisses ont, aujourd’hui déjà, recours aux remèdes naturels. Et la tendance est – heureusement – à la hausse.   Propos de Jacqueline Ryffel recueillis par Rita Ducret-Costa, www.vitamag.ch Photos: www.spagyros.ch

Lire la suite
 
Nouveautés sur le marché

 

[voir tout]

 
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept