Article n° 4283 | Edition n° 92 | 2015

Antibiotiques: pas toujours nécessaires pour traiter une cystite aiguë

Pour les cystites sans complication, les lignes directrices de la Société allemande de médecine générale et familiale (la DEGAM) prévoient la phytothérapie comme alternative possible à la mise en place immédiate d’un traitement antibiotique.

L’apparition soudaine d’une fréquente envie d’uriner, de brûlures et douleurs intenses en urinant, accompagnées de crampes dans le basventre, indiquent la présence d’une cystite aiguë. Pour la soigner, il existe désormais des traitements naturels, efficaces et rapides.

Un trouble majoritairement féminin

Les hommes sont nettement moins concernés par la cystite que les femmes. La cystite est favorisée par l’anatomie féminine avec son urètre très court et par le fait que l’anus, le vagin et l’urètre soient si rapprochés. Dès lors, les bactéries fécales migrent facilement vers l’urètre où ils colonisent les muqueuses,provoquant une infection. Sans oublier les différents facteurs aggravants potentiels: refroidissement de la vessie par temps froid et humide, rapports sexuels fréquents, changements hormonaux à la ménopause, contraception à l’aide d’un diaphragme ou d’un stérilet.

Pour prévenir les cystites, il convient de beaucoup boire, d’uriner fréquemment, notamment dans les 15 minutes après un rapport sexuel, de s’essuyer d’avant en arrière, d’éviter tout refroidissement de la vessie et de privilégier les préservatifs comme moyen de contraception.

Les plantes, une excellente alternative pour soigner une cystite

La cystite aiguë étant généralement d’origine bactérienne, les antibiotiques sont le remède de premier choix. Toutefois, leur utilisation fréquente peut entraîner une résistance aux antibiotiques, qui diminuerait l’efficacité de ces derniers. En phytothérapie, il existe désormais d’excellents traitements qui ont fait leurs preuves, notamment l’extrait des feuilles de busserole, antibactérien et antiinflammatoire. Les substances actives de la busserole agissent sur les bactéries à l’endroit même où sévit l’infection: les muqueuses de la vessie. Leur action efficace et rapide atténue les symptômes gênants (brûlures, douleurs, etc.) et favorise la guérison.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Michaela Paepke-Raack

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Aïe, ma vessie!

    Envie fréquente et impérieuse d’uriner… souvent à peine quelques gouttes, brûlures et douleurs intenses à la miction, crampes dans le basventre: l’apparition brutale de ces symptômes indique, à coup sûr, qu’un méchant agent pathogène, en général une bactérie, a pris possession de la vessie. Une urine trouble et malodorante peut en confirmer la présence. La cystite est une infection de la vessie, à nette prédominance féminine. La femme est nettement plus concernée que son compagnon en raison de son anatomie: un urètre plus court et la proximité de celui-ci avec l’anus (de ce fait, les bactéries fécales migrent plus facilement dans les voies urinaires). Cette infection ayant une fâcheuse tendance à la récidive, on distingue la cystite aiguë et la cystite chronique. La prévention fait appel à des règles hygiénodiététiques et à une hygiène corporelle bien conçue, à savoir: • renforcer le système immunitaire, le meilleur rempart contre les agents pathogènes (alimentation saine, sommeil en suffisance, cures de vitamines, minéraux, échinacée, etc.); • boire abondamment, soit 2 l de liquide par jour, sous forme d’eau et éventuellement de tisanes diurétiques. Cela permet de nettoyer en continu les voies urinaires; • s’habiller chaudement par temps froid et/ou humide et ne jamais oublier d’imperméabiliser ses chaussures; • uriner dès que le besoin se manifeste et, impérativement, avant et après les rapports sexuels; • après le passage aux toilettes, s’essuyer d’avant en arrière; • renoncer à une hygiène intime excessive, • préférer les douches aux bains. La cystite aiguë Très souvent, les infections urinaires sont traitées aux antibiotiques, alors que ces derniers ne s’imposent de loin pas toujours et que leur emploi trop fréquent peut engendrer une résistance. La plupart du temps, il s’agit par ailleurs de cystites simples, pour lesquelles les alternatives sans antibiotiques ont fait leurs preuves, notamment des plantes médicinales aux propriétés antibactériennes et antiinflammatoires, comme la busserole. Le principe actif de celle-ci, l’arbutine, doit toutefois être suffisamment dosé, afin de déployer son effet antibactérien. Renseignez-vous sur la teneur en arbutine et optez pour un produit à base de feuilles de busserole au dosage élevé. Les principes actifs combattent les bactéries directement au niveau des muqueuses de la vessie et contribuent activement à la guérison de la cystite.

  • Article No | Edition no 92 2015
    Quand le nez saigne…

    Généralement bénins, les saignements du nez ne doivent toutefois pas être pris à la légère. La consultation s’impose en cas de saignements fréquents, prolongés ou consécutifs à un traumatisme crânien. Le nez est porté à saigner, car il comporte de nombreux vaisseaux dont la fonction est de réchauffer et d’humidifier l’air respiré.Ces vaisseaux sont à fleur de peau et, par conséquent, plus fragiles. On distingue les saignements du nez (ou «épistaxis») de cause locale, générale, médicamenteuse ou d’origine traumatique. Parmi les causes locales, figurent la sécheresse ou l’inflammation de la muqueuse nasale (en cas par exemple de rhume ou allergie), ainsi que des dommages directs de celle-ci (lorsque l’on se mouche trop fort ou l’on se gratte l’intérieur du nez). En hiver, évitez de surchauffer votre intérieur et, si possible, utilisez un humidificateur. En cas de rhinite, ne vous mouchez pas trop violemment et utilisez un topique* nasal (gouttes, spray ou gel) contenant une substance hydratante et régénératrice, telle que par exemple le dexpanthénol. En ce qui concerne les causes générales, citons notamment les maladies sanguines, les troubles de la coagulation, l’hypertension artérielle et le diabète sucré, ainsi que des déficits nutritionnels (en vitamines C ou K). Antibiotiques et vitamine K Au premier rang des causes médicamenteuses, se trouvent les anticoagulants, qui agissent en fluidifiant le sang. A ceux-ci s’ajoutent les contraceptifs oraux, l’aspirine, la cortisone et ses dérivés, qui augmentent les besoins en vitamine C, ainsi que les antibiotiques, qui, en altérant la flore intestinale, entraînent une diminution de la synthèse de la vitamine K. En cas d’antibiothérapie, protégez la flore bactérienne intestinale à l’aide d’une levure médicinale ou d’un probiotique. * Topique: tout médicament d’application externe qui agit localement.

  • Article No 3420 | Edition no 17 1998
    Echec aux maux de gorge!

Article
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept