Article n° 4719 | Edition n° 95 | 2017

La peau sèche aux petits soins

Les huiles de jojoba, de bourrache et d’amande nourrissent la peau de façon intensive et durable.

Elle est terne, sans éclat, sujet aux rougeurs, aux tiraillements et aux allergies. L’avez-vous deviné? C’est la peau sèche, bien sûr.

Outre qu’elle représente la carte de visite de tout un chacun, la peau remplit une multitude de fonctions: protection contre l’environnement (soleil, saleté, germes pathogènes, etc.), thermorégulation, réception sensorielle, élimination des déchets, synthèse de la vitamine
D. Sans oublier qu’avec sa taille (environ 2 m2 pour un adulte) et son poids (environ 10% du poids corporel), elle représente l’organe le plus grand du corps humain. Autant de raisons pour lui prodiguer les meilleurs soins.

 

Peau sèche: pourquoi?

Une peau sèche est due à une sécrétion insuffisante de sébum, la matière grasse qui produit la couche lipidique de la peau. Cette substance permet de créer une sorte de barrière dont le rôle est de préserver la peau hydratée. Or, cette barrière est fragilisée sur une peau sèche et ne peut empêcher une perte importante d’eau. Le manque de sébum, combiné à cette perte d’eau, rend la peau sèche et déshydratée. Pis encore, une peau sèche n’est plus en mesure de remplir correctement ses fonctions physiologiques. Très souvent, la peau sèche est d’origine génétique. Néanmoins, de très nombreux facteurs peuvent assécher notre précieuse enveloppe corporelle: l’abus de soleil, le tabac, le froid, le vent, l’exposition excessive à l’eau (bains, douche, piscine), la prise de bains et douches trop chauds, l’utilisation de produits inadaptés, une alimentation pauvre en bonnes graisses, un apport hydrique insuffisant, les changements hormonaux à la ménopause, ainsi que, bien évidemment, le vieillissement. Tout en précisant que cette liste n’est pas exhaustive!

 

Les traitements

La peau sèche doit être nettoyée avec la plus grande douceur: par exemple, un lait onctueux et un tonique sans alcool pour le visage, un détergent sans alcali ou une huile de douche pour le corps. Pour le bain, une huile spécifique peut être ajoutée à l’eau. On passera ensuite aux soins, qui revêtent la plus grande importance.
La dermocosmétique dispose d’une grande palette de principes actifs adaptés à la peau sèche: occlusifs, qui empêchent la réserve hydrique d’évaporer (huiles de jojoba, de bourrache et d’amande), capteurs d’eau (panthénol, glycérine, acide hyaluronique, urée), antivieillissement (antioxydants, vitamine A, complexes d’acides aminés). Relevons, en effet, qu’une peau sèche a tendance à se flétrir et se marquer prématurément. Il va de soi que le contour des yeux, les mains et les pieds nécessitent des soins spécifiques.


Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite.
Isabelle Hulmann Rita Ducret-Costa

Articles similaires

  • Article No | Edition no 93 2016
    Les oméga-3, pas seulement pour nos artères!

    Hypolipidémiants, hypotenseurs et anticoagulants, les acides gras oméga-3 méritent largement leur réputation de pilier de la santé cardiovasculaire. Ils remplissent toutefois d’autres nombreuses fonctions de grande importance. Faisons le point. Arthrite: anti-inflammatoires, les oméga-3 soulagent les douleurs articulaires tout en améliorant la mobilité. Asthme: leur effet anti-inflammatoire se manifeste également au niveau des voies respiratoires. Migraines: ces acides gras polyinsaturés peuvent baisser l’intensité et la fréquence des crises migraineuses. Soins de la peau, eczéma, psoriasis: les oméga-3 améliorent l’état des peaux sèches ou desséchées et vieillies prématurément, eczémateuses ou rouges et squameuses (psoriasis). Soins des cheveux: les cheveux secs et cassants tirent bénéfice d’un apport adéquat d’oméga-3. Déprime: les oméga-3 soutiennent le moral et stabilisent l’humeur. Leur carence n’est pas rare dans les états dépressifs. Difficultés de concentration, baisse de mémoire: très concentrés dans le cerveau sous forme de phospholipides, les oméga-3 sont impliqués dans les processus d’apprentissage, concentration et mémorisation. Alimentation et suppléments Seuls l’EPA et le DHA, les oméga-3 à longue chaîne présents uniquement dans le poisson, possèdent les propriétés susmentionnées. Notre corps peut les fabriquer à partir des oméga-3 des huiles (noix, lin, soja), mais en quantité insuffisante. Les poissons gras (saumon, thon, etc.) et migras (sardine, maquereau, etc.) sont forcément les plus riches en acides gras oméga-3. Pour couvrir nos besoins, il faut compter deux à trois portions de poisson de mer par semaine. Le cas échéant, les huiles de poisson, en capsules, s’avèrent nécessaires.

  • Article No | Edition no 93 2016
    Une irrépressible envie de se gratter

    Sentions cutanées désagréables et agaçantes, allant du simple inconfort à la véritable torture, les démangeaisons cutanées, également connues sous le terme de prurit, provoquent une envie irrépressible de se gratter. Or, le grattage n’apporte qu’un soulagement de courte durée, suivi par une aggravation du phénomène, et peut être à l’origine des lésions susceptibles de s’infecter. On distingue le prurit localisé ou étendu à une grande partie du corps, occasionnel ou chronique. Celui-ci peut: • survenir en cas de sécheresse cutanée (soins inadaptés, carence en vitamine A ou en graisses polyinsaturées), • être le symptôme d’une affection dermatologique (eczéma atopique, psoriasis, urticaire, etc.) ou systémique (pathologie hépatique, insuffisance rénale, trouble thyroïdien, diabète, etc.), • être un effet secondaire d’une thérapie médicamenteuse (anticoagulants, antipsychotiques, etc.), • représenter la réaction allergique à un médicament, aliment, cosmétique, textile, etc., • ne pas avoir de cause apparente. Dans ce cas, on parle de prurit «sine materia». Si nécessaire, le médecin effectuera des analyses pour déceler la cause: tests d’allergies, dosages sanguins, etc. Des traitements adaptés Dans tous les cas, il est conseillé de: • de se gratter avec la paume des mains et non avec les ongles, • prendre des douches de courte durée et à l’eau pas trop chaude, • utiliser un pain dermatologique sans savon, • se sécher en tamponnant doucement la peau. La peau sèche et prurigineuse tirera profit de l’emploi de produits surgras, ainsi que, si nécessaire, de suppléments nutritionnels (vitamine A, huile d’onagre, etc.), alors que les affections dermatologiques seront traitées avec des médicaments spécifiques, par voie interne et/ou externe. Le traitement du prurit allergique fait appel à la suppression de l’allergène lorsque cela est possible; le cas échéant, à la prise de médicaments antihistaminiques. Il en va de même pour les démangeaisons causées par des maladies systémiques ou des médicaments ne pouvant pas être supprimés. En traitement externe, les produits à base de corticoïdes ne seront utilisés que lors de prurit sévère et sur une courte période (risque d’atrophie cutanée). Il existe également des alternatives sans cortisone qui ont fait leurs preuves; très bien tolérées, elles conviennent à toute la famille. Citons, par exemple, les crèmes qui contiennent du dexpanthénol, hydratant et régénérant, ainsi que des lipides proches de ceux de la peau, s’intégrant naturellement dans la barrière protectrice cutanée.

  • Article No 3106 | Edition no 74 2011
    Peut-on éviter les crevasses?

Article
Remederm®_95
Toute reproduction partielle ou intégrale faite sans autorisation de la part de l’éditeur est interdite et illégale. Tout procédé de reproduction et d’adaptation est illicite. © 2010 Communis | Healthcare Media Concept